Qu'est-ce que theTennis ?

Pas un site e-commerce ou nième comparateur de prix !

Plus d'infos sur theGoodery

Entrainement Contributions


a répondu à une question • 30 déc. 2013

1 
Enseignant de tennis et fondateur du site Votretennis.org
C'est assez surprenant cette mode de faire valser ses entraîneurs, surtout dans le cas de Djokovic qui a montré un très gros niveau de jeu depuis l'US Open puisqu'il est invaincu et vainqueur du Masters... De plus, Becker, avec tout le respect pour son passé de joueur n'a pas d'expérience réelle en tant que coach donc le choix est plutôt surprenant...

Enfin, L'objectif principal du serbe cette saison doit être de gagner Roland Garros, seul titre du grand chelem qui lui manque, et de ce fait prendre Becker en coach qui n'a lui non plus jamais remporté ce tournoi, ni même jamais montré une grande capacité à évoluer sur cette surface si ce n'est une demi finale en 1989 est franchement paradoxal. Mais après tout Lendl a bien aidé Murray à gagner Wimbledon alors que c'était le seul titre qu'il n'avait pu obtenir...

Donc pour résumer, surprenant mais à voir ce que peut donner cette collaboration entre les deux...


a répondu à une question • 18 déc. 2013

1 
coach privé au sets club de Champigny
ceci montre que les joueurs et joueuse issus des pays de l'est sont souvent sous l'influence du savoir-faire allemand. étant jeune, faute de grosse structure dans son pays, novak s'était déjà tourné vers le tennis germanique afin de donner une dimension internationale à son talent. 
il souhaite très certainement donner à son jeu une orientation plus offensive comme il a essayé de faire cette année mais de façon timide et inconstante. il doit sentir que pour finir sur le trône en 2014, il faudra agresser nadal au filet et avoir un service qui pèsera plus sur le jeu. 

a posé une question • 18 déc. 2013


a répondu à une question • 11 déc. 2013

2 
matos-tennis.com Magasin Technicity
Suis d'accord avec Chicco, juste un détail : mère nature ne nous a pas tous servi de la même façon. Une bonne technique et un bon physique ca peut aller de 15 à -2 voir -4 selon le gabarit et la tonicité et le talent naturel de chacun. Au delà il faut bosser avec envie, la douleur devient amie, l'hygiène un allié, la rigueur tous les jours, et ne pas oublier on ne passe jamais la ligne d'arrivée sauf à la retraite.

a répondu à une question • 11 déc. 2013

3 
coach privé au sets club de Champigny
je comparerai plutôt le jeu à une pyramide:

le physique et la technique étant la base de cette pyramide, et on ne peut espérer une évolution normale si un compétiteur est en-dessous de la moyenne sur l'une de ses premières composantes. 

ensuite le ventre de la pyramide est la tactique, et la pointe le mental. sans ces dernières composantes, un compétiteur ayant une bonne technique et un bon physique peut s'en sortir et se limiter au début de la seconde série, mais pour aller plus haut il aura besoin d'une culture tactique et d'un mental plus fort.

- identifier le profil de l'adversaire: imposer ses points forts tout en appuyant sur les points faibles adverses. 
- s'adapter à la surface: établir un bon plan de jeu, adéquat à la surface en question et aux autres conditions de jeu (balles, météo)
- maîtriser les bulles de matchs: bulle d'avant match, bulle entre les points, bulle aux changements de côté, bulle juste avant la frappe, bulle d'après match
- être plus calme, maîtriser sa respiration en fonction des situations, être plus concentré (être sur le moment présent), être plus combatif

a répondu à une question • 7 déc. 2013

2 
matos-tennis.com Magasin Technicity
le mieux c'est par ses compétences et investissement personnel dans un club. En gros avoir la vocation de l'enseignement et éviter la recette de faire rêver les gens. Être en adequation avec les projets du club, et fonctionner avec les bons protocoles d'enseignement.

a répondu à une question • 4 déc. 2013

2 
Enseignant de tennis et fondateur du site Votretennis.org
Il y a deux possibilités de répondre à cette question : soit en parlant des diplômes, soit en parlant des évolutions de carrière.

Au niveau des diplômes, il existe aujourd'hui 3 diplômes spécifiques à l'enseignement du tennis :

 - le CQP Assistant Moniteur de Tennis permettant d'encadrer les enfants au sein de l'école de tennis le mercredi et le samedi

 - le DE JEPS option tennis permettant d'encadrer contre rémunération face à tout type de public

 - le DESJEPS qui permet d'approfondir les connaissances et compétences du DE

Ces trois diplômes se passent par le biais de formation, et dans de rares cas sont accessibles par Validation des Acquis de l'expérience.

Au niveau de l'évolution de carrière il faut à mon sens distinguer un enseignant lambda (niveau de jeu amateur même si honorable) et les anciens joueurs professionnels.

 - Pour le premier type d'enseignant, il fut généralement commencer par l'encadrement de l'école de tennis dans un ou plusieurs club pour se faire un nom, puis par la suite évoluer vers plus ou moins d'enseignement compétition et éventuellement une direction sportive d'un club. Si l'enseignant a été négatif, il pourra postuler à un poste de CSD ou d'entraîneur de ligue une fois une solide expérience du terrain acquise.

 - Pour les ancien joueurs pros, il y a souvent une filière directe vers les postes à responsabilité au sein de la fédération en tant qu'entraineur nationaux au sein des pôles ou au sein du CNE.




a posé une question • 4 déc. 2013


a répondu à une question • 21 nov. 2013

3 
Joueur classé N27 français. Quimperle Tennis Club
Réussir à être sparring de Federer n'est pas si simple, j'en ai fait l'expérience pendant ce Roland Garros 2013. Il est indispensable de réunir plusieurs facteurs !
Le 1er de ces facteurs se trouve être, comme bien souvent, une connaissance. De ce côté la j'ai été aidé par le responsable du players relations, à savoir Jérôme Heahnel. Au détour d'une conversation en début de tournoi, je lui fais part de ma disponibilité sans faille pour taper avec Roger. En bon compatriote du circuit CNGT, "Djé" me dégotte un entraînement dés le mardi avec lui.  Ce 1er facteur cette année a Roland Garros ne semblait pas suffire... La météo pour le moins capricieuse a décidé de me jouer des tours... Un 1er entraînement annulé le mardi pour cause d'intempéries. C'était pas faute d'avoir préparé avec le plus grand soin notre entraînement, repas 2 heures avant, ma plus belle tenue Babolat, une motivation hors norme... Bref même pour un match super important je ne me suis jamais autant préparé! Mais rien à faire, le sort s'acharne encore sur moi le mercredi, il faut dire que Roger ne souhaitant pas jouer à Roland pour éviter la foule prend le risque que les terrains soient injouables! Malgré ces 2 "échecs" interdit d'abandonner, je me prépare pour le jeudi début d'après-midi, persuadé que cette fois-ci, ce serait la bonne! Raté... La pluie fini par tomber 1 heure avant. Je pense alors vraiment que je deviens le sparring maudit! Mais Roger semble vouloir absolument jouer ce jeudi, il peut compter sur moi pour 18h30. Et là sans vous mentir, alors que je vois débarquer son coach et l'équipe d'entretien sur le court 18, il se met à pleuvoir à 18h27... Maudit je vous dis... Enfin presque ! Impensable pour Federer de ne pas jouer, nous partons finalement en salle sous le court numéro 1 !!! Ma patience aura payé !!!
Finalement j'ai eu l'honneur de jouer à 4 reprises avec lui pendant ses jours de repos ou pour les échauffements de ses matchs. Mais alors pourquoi n'est ce pas si éreintant après avoir attendu et espéré ?? Si vous trouvez Federer relâché et zen pendant ses matchs vous n'imaginez pas son détachement à l'entraînement ! Pour lui, l'entraînement est un combo entre récréation et réglages, enfin légers les réglages. On ne peut pas dire que les entraînements soient physiquement éprouvant, que Roger cherche à se dépasser sur chaque frappe comme on imagine Rafa le faire. Non non, pour Federer c'est un amusement, on tente des effets, on varie les prises de balles mais le tout sans grande intensité. Surprenant peut être mais je suis persuadé que pour lui le travail a été fait avant, en période de préparation, une fois en tournoi, il est prêt !
Bien sur pour moi cela a été une grande surprise, je m'attendais à bien plus d'énergie, le résultat n'est pas décevant, juste surprenant. Stressé de le dérégler et de ne pas être à la hauteur, mes craintes ont vite disparu !!
Je me rassure sur la qualité de mon travail en constatant que Federer a changé de sparring la veille et le matin de son 1/4 de finale sur Tsonga. Une erreur de sa part (humour). L'année prochaine promis je ferais le maximum pour être le sparring de Rafa et vous conterais cette fois pour de vrais, je n'en doute pas, les souffrances d'être son pushing ball :-)

a répondu à une question • 28 oct. 2013

2 
Comme beaucoup de jeux Sega, la série des Virtua Tennis n'a jamais coupé le cordon avec ses origines arcade. Ainsi, quasiment tous les opus de la série sont d'abord sortis sur borne d'arcade avant d'être portés sur console de salon ou PC. En résulte une jouabilité — même si elle s'est complexifiée avec les versions — dépendante de ces contraintes (il faut que ça soit jouable avec un stick et trois gros boutons). Alors oui, c'est très amusant de faire faire des plongeons à Cédric Pioline sur tous les points, mais c'est une spécialité qui devrait être réservée à Pat Rafter !

Si on veut une expérience virtuelle plus proche de la réalité, la série des Top Spin est beaucoup plus axée simulation et se veut réaliste. On peut aussi mentionner la série des Tennis Elbow — réalisée par un studio français indépendant d'ailleurs.

a posé une question • 28 oct. 2013


a répondu à une question • 28 oct. 2013

2 
Enseignant de tennis. Fondateur de Free-tennis.com
Bonjour,

Voici mes 4 conseils pour un revers chopé efficace  :
  • Prise marteau, tamis orienté vers le ciel entre un plan vertical et horizontal
  • Le bras est plié, le coude pointé vers l'avant, la tète de raquette au-dessus de l'épaule
  • Le poignet est rigide et il serre fort le manche à l'impact. Il n'y a aucune volonté de vouloir donner de l'effet à la balle, c'est une erreur très fréquente. L'inclinaison du tamis suffit. L'impact se situe sous la sphère inferieure de la balle
  • Dépliez votre bras pour que l'avant bras se retrouve dans l'alignement du bras. Traversez la balle d'arrière en avant et non pas de haut en bas.
Si vous respectez ces critères votre revers chopé est acquis ! La trajectoire sera rasante et le rebond bas.
Retrouver l'astuce de la semaine sur free-tennis.com : http://free-tennis.com/revers-coup-droit-un-controle-maximum/


a répondu à une question • 22 oct. 2013

5 
coach privé au sets club de Champigny
Pour compléter ce qu'a dit Nabil, je pense qu'il faut déjà adhérer à un club !! Je te conseille contrairement à Nabil de prendre des cours, mais des cours collectifs adultes. Ces derniers ne sont pas réservés qu'aux débutants mais aussi à des joueurs plus confirmés dont le niveau se situe en début de quatrième série.
Pourquoi ? Pour pouvoir interagir avec d'autres joueurs qui ont des profils différents et des motivations différentes : ce que tu vas rencontrer en tournoi. De plus, participe dès que possible aux animations de ce club : double surprise, tournoi interne, etc. Afin de te faire des partenaires qui auront le même niveau que toi et même un peu moins fort ou un peu plus fort : ce que tu vas rencontrer en tournoi.
Et je suis ok avec Nabil, jouer avec ton ami à 15/1 ne sera pas si bénéfique que cela car des joueurs de ce niveau, tu ne vas pas les jouer avant ton dixième tour en tournoi!! et jouer avec un joueur bien plus fort que toi te limitera qu'à un certain style de jeu (défense ou contre).
Ainsi je te préconise cette programmation :
  • 1h à 1h30 de cours adultes
  • 1h à 2h d'entraînement avec ton ami à 15/1: travailler la régularité et les trajectoires. diagonales, papillon (un qui croise, un qui joue long de ligne), situation d'attaque/défense, tie-break, points avec handicap, jeu libre.
  • 1h d'endurance par semaine + une demi heure de pompes/gainage
  • 1h à 2h de jeu libre avec un adhérent de ton choix du club 
Fais ça jusqu'à février et à partir de mars tu commences à faire des tournois à raison de un ou deux par mois entre mars et juin. Si tu es en vacances en juillet ou août fais en un max !!!

a répondu à une question • 21 oct. 2013

4 
Alors, ta question est très vaste. Déjà, dans quel but pratiques-tu le tennis ? De ce que je lis, j'ai l'impression que le plaisir s'est transformé en désir de progression et de compétition, tu me diras si je me trompe.

Ensuite, quand on me dit, je préfère jouer avec des effets qu'en force, ça me gêne un peu. En effet, tu te rendras vite compte qu'un lift demande beaucoup plus de force qu'un coup à plat (pour faire partir la balle à la même vitesse).
Un lifteur n'est pas forcément un joueur moins puissant, au contraire. Si quand tu parles d'effet, tu parles de chops, oublis cette partie.

Pour le matériel, vu que tu reprends, continue sur ta raquette actuelle, je ne la connais pas trop, mais j’entends souvent qu'elle est très accessible et c'est ce qu'il faut quand on débute et/ou reprend. Les trois raquettes qui ressortent du guide sont aussi adaptées aux joueurs qui débutent et reprennent, mais pour l'instant il s'agit de savoir comment sont tes sensations, ce que tu recherches, ce que tu fais de bien, ce que tu fais de moins bien, et pour cela il faut que tu joues.

Pour l'entrainement, à ton niveau, il n'y a pour l'instant (et c'est un jugement personnel) aucun intérêt à prendre des courts. Tout simplement car tu pars de très loin, on ne sait pas encore quel type de jeu tu veux produire, et tes points fort/faibles. Il faut que tu joues, que tu essayes de progresser au maximum tout seul. Jouer avec un ami 15/1 est à double tranchant, soit il va te sembler hors d'atteinte et te faire plonger mentalement, le tennis ça va très vite. Soit il peut justement te donner cette motivation qui va te pousser à essayer de progresser pour pouvoir devenir aussi bon que lui. Après, je pense qu'au début vous allez faire des gammes pour voir ce que tu donnes.

Bref, je pense qu'il faut que tu cherches à progresser le plus possible au début, tu ne dois pas chercher obligatoirement à gagner tes matchs. C'est assez paradoxal, mais en tennis l'enjeu tue souvent le jeu et t'empêche finalement de progresser. Ce que je veux dire c'est qu'à un moment, il vaut mieux perdre un match en tentant de faire progresser ses coups que le gagner en rentrant dans une tactique qui ne t'apportera rien sur le long terme. C'est à partir du moment où tu bloqueras sur des coups qu'il faudra que tu prennes quelques cours pour te débloquer. Quand on démarre on a souvent des soucis au service, à la volée et en revers. Je pense qu'il faudrait que tu joues beaucoup pendant 6 mois/1 an pour pouvoir élaborer des pistes de progressions.

a posé une question • 20 oct. 2013


a répondu à une question • 17 oct. 2013

3 
coach privé au sets club de Champigny
importé par les professeurs d'eps qu'ils utilisaient pour du saut en hauteur (vite ajustable pour varier les hauteurs), pour des jeux de raquettes comme le badminton en plein air, improviser un volley-ball dans une cour de récré, ou installer rapidement un filet pour jouer au tennis, le surfil est un élastique "multifilament" enrobé d'un tissu servant dans les séances de tennis à:

- créer une hauteur de plus d'un 1mètre minimum pour travailler les différentes trajectoires du tennis. jouer au-dessus, en-dessous en fonction des balles reçues et des intentions
- installer un mini-filet pour le mini-tennis pour à la fois jouer par-dessus le fil et par en-dessous avec balles mousses, grosses balles souples ou ballons pailles (jeu au sol)
- pour l'entraînement physique: ce fil est multi-usage: tirage, sauts, renforcement musculaire, ... etc



a répondu à une question • 17 oct. 2013

1 
Je pense que c'est un elastique tendu au dessus du filet pour symboliser une hauteur au dessus ou en dessous laquelle frapper.

a posé une question • 17 oct. 2013


a répondu à une question • 16 oct. 2013

2 
coach privé au sets club de Champigny
  • Prise : marteau à semi-fermée de coup droit... cette dernière était beaucoup utilisé par PAT RAFTER sur ses derniers wimbledon (à l'époque ou le gazon n'était pas encore ralenti) dans les situations de retour/volée où il utilisait cette prise unique pour jouer en coup droit ou utiliser le slice de revers pour coller le filet et imposer sa carrure
  • Mouvement gestuel : de haut en bas ou rectiligne
  • Moment de prise de balle : montante, au sommet du rebond
  • Rythme gestuel : modéré car c'est un coup en toucher, un coup d'opposition s'appuyant sur la vitesse de la balle reçue. la tête de raquette ne passera jamais devant après l'impact 
  • Plan de frappe proche du corps : au moment de l'impact, quelque soit le mouvement de frappe choisi, le bras doit être en extension
  • Appuis en ligne avec transfert du poids du corps sur la jambe de devant (appuis unipodal), appuis croisé ou ouverts sur les balles excentrées
  • D'un point de vu physique, un renforcement de la ceinture scapulo-humérale (chaîne trapèze-deltoïde-triceps) est prépondérante à la bonne réalisation de ce coup. le verrouillage/relâchement du poignet est un aspect technico-physique important dans la réalisation de ce coup

a répondu à une question • 10 oct. 2013

2 
Enseignant de tennis et fondateur du site Votretennis.org
Un revers coupé peut avoir deux intentions différentes :
  • Une première plutôt axée sur la défense avec un rythme de geste plutôt lent et beaucoup de sécurité par rapport au filet pour déposer la balle dans une zone précise sans donner de poids. C'est ce qu'on appelle un chope
  • Une seconde plus offensive ou l'on va chercher à mettre l'adversaire en difficulté avec un coup joué avec beaucoup d'effet, un rythme rapide, une trajectoire tendue et parfois un effet latéral. C'est un chip
  • Techniquement, même si on reste dans des coups à structure coupée, le chope sera réalisé avec un accompagnement vers l'avant alors que le chip sera plutôt un coup joué avec un accompagnement très en bas pour produire beaucoup d'effet. Dans les deux cas, la prise marteau est la prise préférentielle